BRAVO ! MAGNIFIQUE ! VOS EFFORTS POUR NIER L'EXISTENCE DES CONTRACTUELS DE CETTE UNIVERSITE SONT IMPRESSIONNANTS ! ! ! ! !

Nous félictons la présidence et l'adminsitration centrale de l'université pour avoir désinscrit tous les ATER des listes électorales.

Certains d'entre eux, qui s'étaient assurés qu'ils étaient bien inscrits sur les listes - grâce à ce splendide site internet - ont découvert qu'ils en avaient été retirés, du moins sur les listes publiées en ligne ! On leur rétorquera qu'ils devaient en faire la demande. Certains l'ont fait. Ceux-ci devront alors faire une énième démarche pour demander la rectification des listes électorales !

Pour les autres : pourquoi demander une chose qui existe déjà? Aussi ceux-là ont pensé légitimement être dispensés de faire cette demande, la croyant inutile dès lors que leur nom était bien sur la liste publiée en ligne.

Mieux encore, certains candidats ont également disparu des listes mises en ligne !

On leur opposera alors l'avertissement du site internet suivant : "L'attention de l'utilisateur du site est appelée sur le fait que les documents mis en ligne sont diffusés à titre d'information. Malgré le soin apporté, ils sont susceptibles de comporter des erreurs. Seule la version papier des documents présentés, conservée par le SAJI, fera foi en cas de contestation".

Ce message figure sur la plupart des décisions administratives de l'université mises en ligne. Cette dernière espére certainement que les personnels et les administrés ne puissent opposer à l'Université l'illégalité de ses actes administratifs. Sinon à quoi bon ?

De surcroît, cet avertissement fait douter de l'utilité d'avoir fait ce site, certainement couteux.

Nous ne saurions penser que des gens assez malins ont cherché à induire en erreur les personnels contractuels en leur faisant croire qu'ils étaient inscrits sur les liste alors que l'administration allait, sans les prévenir, les en retirer !

S'agit-il d'une manoeuvre ? A tout le moins elle est le signe objectif d'un mépris supplémentatire adressé aux enseignants contractuels de cette université

N.B : le fait d'exiger des contractuels à durée déterminée de faire des démarches particulières pour être inscrits sur les listes, à la différence des autres personnels,  ne constitue-t-il pas une rupture d'égalité entre personnels et entre électeurs devant le droit de suffrage ?